Courir sans risque

Le footing, c’est bien. Courir sans se faire mal, c’est encore mieux

Entre autres bienfaits, la course à pied réduit le risque d’accident cardiovasculaire, d’hypertension ou encore d’ostéoporose. Comme toute activité physique d’endurance, elle est également un précieux allié thérapeutique en cas de diabète, d’obésité ou d’asthme. Cependant, ce sport peut aussi faire souffrir.

Le footing n’est pas tendre avec les articulations. On parvient toutefois à les ménager en corrigeant un déséquilibre des membres inférieurs (une jambe plus courte que l’autre, etc.) et en se chaussant de façon adaptée.

L’entorse de la cheville est l’accident typique des joggeurs: «Elle peut être favorisée par une hyperlaxité ou une instabilité au niveau articulaire», explique le Dr Carlo Bagutti, médecin de la Fédération suisse d’athlétisme. La nature du terrain est parfois en cause. S’élancer dans une forêt semée d’embûches est, de ce point de vue, plus risqué.

Liée à un phénomène d’usure, la tendinite externe du genou mène nombre de coureurs chez le médecin. Plus sournoise, la tendinite d’Achille (du nom du talon) fait souffrir à froid le matin, mais s’améliore à l’effort. Afin de prévenir une éventuelle rupture du tendon, il vaut mieux consulter.

A noter encore que les déchirures musculaires et autres claquages sont très rarement imputables au footing, sport doux en comparaison du football ou du tennis.

La règle des trois «E»

L’accident cardiaque et la fracture de fatigue restent les complications les plus redoutées. Le premier frappe, de préférence, les hommes sédentaires de plus de 50 ans qui recommencent brutalement à galoper. Ceux-là devraient voir leur médecin avant de mettre en pratique leur toute nouvelle résolution. La seconde touche surtout les femmes adeptes des longues distances. «On l’oublie trop souvent, mais la récupération est tout aussi importante que l’exercice lui-même, insiste Carlo Bagutti. Entre deux entraînements, il faut laisser le temps à l’organisme de s’adapter à l’effort demandé.» Courir en moyenne trois fois par semaine permet justement au corps de souffler.

Autres conseils pour éviter les effets indésirables du footing: pour ne pas surcharger encore plus leurs articulations, les personnes ayant un excès de poids ou des maux de dos feraient peut-être mieux de… changer de sport! Le vélo, la natation ou le «walking» (marche soutenue) sont de bonnes solutions de remplacement.

La règle des trois «E» s’applique à ceux qui restent dans la course: échauffement (courir très lentement au début), étirement (durée: cinq minutes avant l’effort et dix minutes après) et eau à volonté. Bien s’hydrater limite la fatigue et réduit le risque de tendinite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.