« Aujourd’hui ça fera une semaine que j’ai dû le rendre » un texte émouvant sur ce que c’est d’être parent adoptif

Vous avez probablement entendu dire qu’être parent adoptif est gratifiant. Vous avez probablement entendu dire que c’est difficile. Vous avez probablement entendu dire qu’il y a du chagrin à dire au revoir. Vous avez probablement entendu dire qu’il y a de la joie de savoir que nous étions là quand ça a compté.

Mais avez-vous entendu parler de la culpabilité de « parent adoptif » ?

Je ne l’avais pas fait. En fait, depuis que je suis en famille d’accueil, je n’ai toujours entendu personne le mentionner. C’est la première fois que j’en parle.

Vous voyez, j’ai eu ce doux petit amour jusqu’à jeudi de la semaine dernière.

Il est venu à nous à trois semaines. Il a dû passer un séjour prolongé à l’hôpital pour aider son petit corps à se désintoxiquer, suivi de deux tentatives de placement ratées chez des proches…

Je me souviens de son petit visage, de ses doigts et de ses orteils parfaits le jour où il est rentré à la maison. Maintenant, il a presque six mois. Il dort enfin toute la nuit, il y a deux semaines, il s’est retourné pour la première fois et il est presque assis tout seul !

Il dévore toute nourriture solide sur laquelle il peut avoir ses jolies petites mains potelées. C’est un vrai sourire, ça va littéralement d’une oreille à l’autre. Il n’y peut rien. Il est mon garçon heureux. Il compte sur moi pour le confort et la sécurité. Vous voyez, j’étais sa constante. J’étais son endroit sûr.

J’étais tout pour lui, jusqu’à jeudi dernier.

Ma maison était la seule qu’il ait jamais connue. Mes bras sont ceux dans lesquels il est le plus heureux. Ma voix est celle qui l’a calmé. Ma famille était sa famille. Il me faisait totalement, complètement, totalement, incontestablement.

Et ce qui brise mon cœur, c’est que j’ai dû trahir sa confiance. Il n’était pas à moi de le garder. Je le sais – MAIS IL NE L’A PAS fait.

La semaine dernière a été floue. L’audience tant attendue de la cour est arrivée et disparue. J’ai découvert que l’approbation de la maison avait été approuvée à la dernière minute pour un autre parent

Le juge a approuvé le transfert de mon fils à nouveau chez d’autres proches. J’ai eu deux heures après l’audience du tribunal pour faire mes valises, dire au revoir et déposer mon bébé dans une ville inconnue, dans un parking étrange avec plus d’assistants sociaux. J’ai regardé qu’ils partaient avec lui en train de ME chercher ! La culpabilité est écrasante.

Je devais le rendre.

Et même si cela m’a blessée, la chose que je ne peux pas supporter c’est comment ça l’a blessé. Comment son petit cœur innocent, qui croyait que je le protégerais de tout, est maintenant si profondément et irrémédiablement blessé par moi.

S’il vous plaît, ne sautez pas vite et dites-moi de ne pas me sentir coupable. Ne dites pas que ce n’est pas de ma faute. Ne me rappelez pas le bien que j’ai fait et comment cela le mettra si bien en place. Parce que dans ma tête je connais ces choses. Je les connais. Mais aussi vrai qu’ils soient, ils ne peuvent pas changer les faits.

Déplacer ces petites personnes déjà brisées vers une autre maison causera toujours, toujours plus de traumatismes. C’est inévitable. Ce n’est pas de ma faute, oui – mais je suis toujours pris dans le processus.

Et c’est toujours moi qui ai dû regarder dans ces grands yeux bruns et pétillants, si pleins de confiance et d’amour – puis le livrer à des étrangers, et partir.

Je suis sûr qu’il a pleuré pour moi. Il m’a cherché. Il se sent abandonné par moi.

Alors oui je suis coupable. Et j’ai le cœur brisé. Et si incroyablement triste et désolé pour l’injustice de ce monde.

Mais il y a de l’espoir. Et la foi. Et de l’amour. Et dans le livre le plus vrai et le plus sage jamais écrit, on nous dit que l’amour est le plus grand. « 

1 commentaire sur “« Aujourd’hui ça fera une semaine que j’ai dû le rendre » un texte émouvant sur ce que c’est d’être parent adoptif”

  1. je suis FA et je sais combien c’est un déchirement de rendre ces enfants qu’on a réparé, qu’on a aimé, qu’on a rassuré et on ne nous laisse même pas le soin de les accompagner aussi loin que possible. Que de blessures pour ces enfants et pour nous famille d’accueil qui donnons tout ce que nous pouvons. Parfois je déteste mon métier qui nous oblige à trahir la confiance de ces bouts de chou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.