Une maman a accouché de son bébé dans l’océan pacifique

Une vidéo de la productrice de contenu allemande Josy Peukert donnant naissance à son fils dans ce qu’elle a appelé une « naissance libre » au bord de l’océan Pacifique a été la cible de critiques en ligne de la part de ceux qui pensent que la naissance du bébé était pleine de risques – à juste titre .. parce qu’il est venu au monde près de la mer et au contact du sable de la plage, au Nicaragua, le pays d’Amérique centrale où elle et sa famille vivent.

Sur son propre profil Instagram, @raggapunzel, Josy a expliqué que le choix de vivre l’instant en mer, sans assistance médicale, était programmé par elle et son mari. Dans un bref reportage publié sur le réseau social, il a également affirmé que les ondes aidaient au rythme de contraction pour la naissance.

Ceux qui ont vu l’image du bébé encore attaché par le cordon ombilical à la mère, sur la plage, se sont demandé : est-il sécuritaire d’accoucher dans ces conditions ? 

TQCV5o.jpg TQCz3j.jpg TQCXcC.jpg TQCHWS.jpg

Accouchement en mer : y a-t-il des risques pour la mère et le bébé ?

Selon Josy, la naissance en mer a été idéalisée par elle après avoir subi un traumatisme lors de ses trois naissances précédentes. L’échange contre la méthode inhabituelle pour la naissance de Bodhi a été fait pour qu’il n’y ait pas d' »interventions » de professionnels de la santé. La seule personne avec elle était son partenaire, Benni, qui a enregistré la naissance.

Objet de critiques sur Internet, elle a assuré qu’elle n’avait aucune inquiétude sur des questions telles que la température de l’eau ou les risques que l’environnement ne soit pas sûr pour la santé des deux. « Bodhi est né sous le soleil de midi, alors qu’il faisait environ 35 degrés, nous n’avions pas peur qu’il ait froid et je n’avais aucune inquiétude concernant les infections d’origine hydrique », a-t-il répondu sur les réseaux sociaux.

La gynécologue Ana Carolina Lucia explique que recourir à cette décision comporte des risques pour le bébé et la mère, notamment en raison de leur contact avec l’eau de mer. « Même si c’est de l’eau salée, elle n’est pas exempte de micro-organismes. Ainsi, il est possible que la mère et le bébé soient contaminés par eux ».

Le bébé peut encore être exposé à la noyade, à la rupture du cordon ombilical, à l’hypothermie avec hémorragie néonatale, à l’encéphalopathie hypoxique-ischémique [due au manque d’oxygénation sanguine et de perfusion tissulaire]. « Il existe un risque de décès en raison de complications possibles, telles que la septicémie et les infections, liées à l’accouchement dans l’eau », ajoute-t-il.

Pour les femmes, l’inquiétude d’accoucher par voie basse en mer est également liée à d’éventuelles blessures génitales au contact de l’eau salée. « L’eau aide au processus de relaxation musculaire et améliore la sensation de douleur due aux contractions, cependant, le sodium présent en plus grande concentration dans la mer et les particules de sable et de débris peuvent générer de l’inconfort et des brûlures dans les plaies ouvertes, les lacérations, qui peuvent survenir dans ce type d’accouchement », précise le médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.