Quand la sinusite traîne

Saison des rhumes oblige, les sinus ont tendance à se boucher et à empoisonner nos hivers. Quand consulter un spécialiste?
sinusite
Allez savoir pourquoi, l’humain est doté de quatre paires de sinus. Ces petites cavités nichées dans certains os de la face sont reliées au nez par de minuscules orifices. «Comme il s’agit du même organe, il n’y a pas de rhume sans sinusite», explique le Dr Jean-Sylvain Lacroix, de l’Unité de rhinologie de l’Hôpital cantonal de Genève. Dans la majorité des cas, une rhino-sinusite virale sans complication disparaît au bout de cinq à dix jours.

Cependant, en cas de surinfection bactérienne, le nez a toutes les chances de contaminer les sinus, provoquant du coup une inflammation. S’ensuivent les symptômes typiques de la sinusite aiguë, désagréables, voire franchement pénibles: nez bouché, sinus douloureux, maux de tête, douleurs accentuées par l’effort ou les mouvements (la tête en bas), fièvre modérée (autour de 38°).

Le traitement repose essentiellement sur la prise d’antibiotiques associée à un anti-inflammatoire local à base de corticoïdes. Même si on ferait n’importe quoi pour libérer son nez, l’emploi d’un spray nasal vasoconstricteur doit se faire au compte-gouttes en raison d’effets paradoxaux. Il ne faut absolument pas l’utiliser plus de quatre ou cinq jours, sous peine de développer une dépendance au produit. Qui se traduit exactement par le contraire de l’effet souhaité, à savoir un nez bouché en permanence…

Evolution chronique

Le plus souvent indolore, la sinusite chronique est insidieuse et se manifeste assez banalement par une alternance de nez obstrué et de nez qui coule, assortie de maux de tête modérés. Signe plus spécifique: en raison d’écoulements postérieurs dans la gorge, le patient a tendance à se racler la gorge et à tousser la nuit.

Quand faut-il consulter un spécialiste? «Lorsque les symptômes durent depuis plus de trois mois ou encore après trois cures d’antibiotiques prescrites en l’espace d’une année, il est recommandé de faire une fibroscopie», estime Jean-Sylvain Lacroix. Grâce à une fibre optique très fine que l’on introduit dans les narines, le rhinologue obtient une vue imprenable sur les orifices des sinus et un éventuel écoulement suspect.

Le traitement d’une sinusite chronique dépend des causes qui ont déclenché l’inflammation: rhume mal soigné, allergie, déviation de la cloison nasale, polypes dans le nez, abcès dentaire. En cas de doute sur le diagnostic et avant toute intervention chirurgicale sur les sinus, un scanner est effectué.

Enfin, il faut savoir que le tabagisme joue un rôle non négligeable dans l’entretien d’un foyer inflammatoire et/ou infectieux: non content d’être un irritant chronique des muqueuses nasales, il contribue à la destruction du système autonettoyant du nez (via les cils vibratiles), rouage essentiel dans le maintien de l’hygiène de tout notre appareil respiratoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.