Les allergies au Latex

Y-a-t-il une vie après le latex ?

Les propriétés tactiles du caoutchouc sont toujours très prisées. Mais ce matériau est responsable d’une hausse des allergies. Au point qu’on songe à le remplacer

Le latex est en passe de devenir l’un des plus puissants allergènes professionnels. Les cas d’inaptitude au travail se multiplient et le recyclage guette un nombre croissant d’individus.

«La majorité de nos patients sont des personnes dont le métier les met en contact avec du latex», constate le Dr Arthur Helbling, de la Société suisse d’allergologie et d’immunologie. Les professions médicales ne sont pas les seules touchées. A la liste, il faut ajouter les coiffeurs, le personnel d’entretien, les employés de l’industrie agro-alimentaire, certains cultivateurs, les restaurateurs, les ménagères, etc.

L’augmentation de ce type d’allergie semble être liée à l’utilisation accrue de produits en gomme naturelle, principalement les gants de protection. Avec l’apparition du sida, leur production a pris l’ascenseur, mais la qualité n’a pas toujours suivi. «La phase de lavage qui précède la mise sur le marché de ces gants est parfois négligée, explique le Dr Nathalie Jeannet-Peter, de l’Hôpital cantonal de Genève. Ce défaut de fabrication a pour conséquence d’accroître la quantité d’allergènes.»

A l’instar du rhume des foins, le facteur de risque principal de cette hypersensibilité est l’atopie, à savoir une prédisposition génétique à développer une hypersensibilité à un allergène. Dans le cas du latex, se rajoute l’exposition professionnelle, largement impliquée dans le développement de réactions allergiques.

Les examens médicaux effectués avec des gants en caoutchouc, comme le contrôle gynécologique ou le détartrage des dents, sont également susceptibles de se terminer par un accident allergique pour le patient. Le même risque existe pour les individus ayant subi de multiples interventions chirurgicales.

Enfin, en raison de ses points communs avec l’hévéa, le ficus pourrait contribuer à l’extension du phénomène.

Les symptômes les plus courants sont l’eczéma, la rhinite, la conjonctivite, l’urticaire et des difficultés respiratoires. Plus rarement, l’évolution peut aller jusqu’au choc anaphylactique.

De plus, le latex souple est beaucoup plus allergisant que sa version dure, utilisée dans les poignées de vélo par exemple. Les gants ménagers épais proposés dans les grandes surfaces ainsi que les gants fins sans talc posent

Cependant moins de problèmes. Cette poudre, à base d’amidon de maïs, tend à disséminer des particules de latex dans l’air. Ces dernières peuvent tirer des larmes ou, pire encore, entraîner des crises d’asthme chez les personnes sensibilisées.

Paradoxalement, les préservatifs n’ont pas fait exploser le nombre des consultations. Seul un tiers des allergiques au caoutchouc ont des réactions locales, du type démangeaisons. A noter que des condoms en polyuréthane sont vendus depuis peu dans les pharmacies.

La question du traitement se résume à l’éviction pure et simple du coupable. Certains pays, comme la Finlande, ont déjà franchi le pas en créant des hôpitaux latex free. Et l’Allemagne pense sérieusement à l’imiter.

Chez nous, les gants en vinyle pénètrent timidement dans les armoires des hôpitaux. Ils sont surtout utilisés par les personnes déjà allergiques. Remplacer les stocks afin d’éviter de nouvelles sensibilisations serait un meilleur calcul. Mais on ne change pas les habitudes si facilement…

Genève mène actuellement une étude sur le latex afin de mettre en évidence, si cela était encore nécessaire, l’augmentation des réactions allergiques parmi son personnel: «Le but est ensuite de convaincre les autorités à prendre des dispositions pour généraliser l’usage des gants en vinyle dans les soins journaliers des patients», souhaite Nathalie Jeannet-Peter.

L’Hôpital cantonal de Genève comme le Chuv se sont déjà dotés d’unités chirurgicales débarrassées de latex où les patients à risque peuvent être opérés en toute sécurité.

Mais le contact avec l’anesthésiste reste essentiel. Dans le cadre de la discussion qui précède une intervention, la question «Etes-vous allergique au latex?» devrait être systématiquement posée, estiment les allergologues. Les gynécologues et les dentistes seraient bien inspirés d’y penser à leur tour.

De bons substituts synthétiques au latex existent et leurs coûts ne cessent de baisser. La solution pour arrêter la spirale ascendante des réactions allergiques est véritablement à portée de main.


Le syndrome latex-fruits

Les protéines du latex ont la mauvaise idée de croiser «immunologiquement» avec celles de certains fruits et légumes.

On estime qu’un tiers des sujets allergiques au latex peuvent développer des symptômes après avoir mangé des aliments aussi courants que la banane, la châtaigne, le kiwi, l’avocat, la pomme de terre, l’ananas, la pêche ou encore la tomate. Et la liste n’est pas exhaustive.

Les réactions vont de la démangeaison locale à des malaises sévères, en passant par l’asthme, les nausées et les vomissements. Face à ces symptômes, l’allergologue procède toujours à un test cutané, afin d’identifier une éventuelle allergie au latex.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.