La Dépression entraîne des changements dans la structure du cerveau, selon une étude

L’une des statistiques les plus étonnantes dans les soins de santé est liée à la dépression : 350 millions de personnes en souffrent, et 800 000 d’entre elles finissent leur vie chaque année en raison de leur absence de traitement .
Plus la maladie est comprise, les meilleurs professionnels de la santé seront en train de le traiter – et bien que les chercheurs aient fait des progrès importants dans les dernières décennies, beaucoup reste un mystère. Cependant, les preuves montent que c’est un trouble neurologique plutôt que d’un caractère exclusivement psychologique, et une nouvelle étude menée par une équipe de l’Université d’Édimbourg renforce cette théorie.
Selon leur étude dans la revue Scientific Reports , la dépression est liée à des changements dans la structure du cerveau lui-même. Plus précisément, la matière blanche – qui contient des réseaux de communication neuronaux complexes – semble être significativement modifiée chez les patients souffrant de la maladie.
Cette étude novatrice, qui a examiné le cerveau de 3 461 patients, est la plus vaste de son genre à ce jour. Ils ont été tirés d’une base de données publique, UK Biobank, qui contient des données détaillées sur la santé sur 500 000 personnes.
Les techniques traditionnelles d’imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent être utilisées pour voir l’intégralité du cerveau, mais pour cette étude, la matière blanche devait être isolée. Pour ce faire, l’équipe a utilisé une technique avancée connue sous le nom de «imagerie tensorielle de diffusion», qui examine comment l’eau plutôt que le sang diffuse autour du cerveau.
Cela a révélé des cartes détaillées de la matière blanche des patients, ce qui a permis à l’équipe de rechercher de très petites différences structurelles entre les échantillons.
Les sujets qui ont signalé souffrir de dépression, ou affligés par des symptômes liés à la dépression, avaient des structures nettement différentes dans leur matière blanche par rapport aux personnes mentalement en bonne santé. La mesure clé ici était quelque chose connue sous le nom de «l’intégrité de la substance blanche», et la prévalence de la dépression semblait corréler négativement avec cela.
Le mécanisme causal exact reliant la dépression à ces différences structurelles est incertain à ce stade. Est-ce que la dépression cause ces changements structurels ou ces structures indiquent qu’une personne est plus susceptible de souffrir de dépression que d’autres?

Quoi qu’il en soit, l’étude apporte une crédibilité à l’idée que la dépression a une base neurobiologique, ou du moins biologique. Au cours des dernières années, des liens génétiques vers la dépression ont également été trouvés.
Cette ligne de raisonnement ne signifie pas que la psychologie ne joue aucun rôle, mais cela suggère qu’il peut y avoir des marqueurs biologiques détectables de la maladie. Ceux-ci pourraient conduire à des détections antérieures, ce qui conduit à un traitement plus efficace.
La dépression est de loin le handicap le plus courant au monde, mais il est encore sans doute l’un des moins bien compris . Des études comme celles-ci aident à éclairer une obscurité qui réduit des millions de vies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.