J’ai 50 ans, je suis célibataire et je ne me préoccupe pas du tout de trouver quelqu’un

Je me suis réveillée il y a quelques semaines à 1 heure du matin et mon cœur battait la chamade. Je ne sais pas si c’était un rêve que j’avais fait dont je ne me souvenais pas, mais de nulle part, j’ai été inondée de pensées que je n’avais pas eues depuis ma récente rupture. Vous avez bientôt 50 ans ! Et si vous ne rencontriez jamais personne ? Qu’est-ce qui ne va pas? Votre mariage a pris fin , et maintenant vous l’avez rompu avec l’homme avec qui vous étiez depuis trois ans. Quand allez-vous trouver quelqu’un ?

Je me suis levée pour aller aux toilettes puis j’ai repris la position étoile de mer dans mon lit. Je venais de recevoir de nouveaux draps, et ils étaient merveilleux, et je me suis rappelé qui j’étais à nouveau : quelqu’un qui ne se soucie pas de savoir si je trouve quelqu’un ou non, quel que soit mon âge. Puis je me suis rendormie.

Quand j’étais plus jeune, être avec quelqu’un était une énorme préoccupation. Je voulais être en couple, je voulais être nécessaire et je voulais construire ma vie avec quelqu’un. Je blâme en partie la société et les pressions qu’elle exerce sur les femmes. Il y a tellement de films où la seule fin heureuse consiste à trouver le véritable amour ; cela nous a fait croire qu’il n’y a pas d’autre moyen de se sentir complet et que nous devons le faire avec un sentiment d’urgence. Et je me reproche aussi de penser que c’est la seule façon de se sentir complet et heureux.

Je crois toujours à ce genre de relation de toute mon âme, mais il y a une différence entre le penser et se sentir paniqué parce que je ne l’ai pas en ce moment et en faire le centre de ma vie.

J’ai trois enfants qui sont tous de jeunes adultes et qui ne vivront plus longtemps avec moi. J’ai une carrière que j’aime. J’ai de bons amis et des membres de la famille. J’aime où je vis et j’ai l’impression qu’à mon âge, je suis plus en paix que je ne l’ai jamais été, donc trouver un homme n’est pas un souci.

Je suis soucieuse, cependant, de tirer le meilleur parti de chaque jour. Je suis soucieuse de vivre une vie saine qui me semble épanouissante. Je me soucie d’être la meilleure mère que je puisse être pour mes enfants. Je suis surtout préoccupée par mon bonheur et bien, j’ai réalisé au cours de mes presque cinq décennies sur cette terre que c’est un travail intérieur. Il n’y a personne qui puisse me compléter ou me faire sentir épanouie si je ne le suis pas déjà.

J’aime acheter ce que je veux quand je veux sans consulter les autres. J’aime m’étaler et avoir mon lit pour moi toute seule. C’est libérateur d’aller au lit quand je veux, de ne pas faire de sacrifices pour convenir à une autre personne. J’aime conduire sur la route avec ma musique à fond certains jours et éteindre la radio les autres.

Pour certaines personnes, cela peut sembler égoïste, et je suis d’accord avec cela. Être égoïste signifie que vous vous placez en premier, et ça fait longtemps que je n’ai pas fait ça.

Ce n’est pas une sorte de diatribe « J’ai juré d’avoir un partenaire pour toujours parce que je suis mieux sans hommes ». Au lieu de cela, c’est une lettre d’amour à moi-même, moi-même qui profite de cette période de ma vie avec mes enfants plus âgés. C’est un rappel que peu importe ce qui se passe dans la vie, qui je rencontre, où je vais ou ce que je fais, je suis responsable d’en faire la meilleure vie possible, et je crois sincèrement qu’il est possible de le faire avec ou sans un homme en mon côté. Je ne me contenterai pas de quelqu’un qui ne rentre pas dans ma vie ou qui continue de repousser mes limites pour avoir quelqu’un ou parce que je me sens obligé parce que j’ai déjà investi un certain temps. J’ai fait ça, et c’est plus solitaire que d’être seul.

Je ferai tous les sacrifices et engagements nécessaires et je ferai le travail lorsque je trouverai la bonne personne. Mais je profite de cette liberté en ce moment. J’aime l’étape de la vie dans laquelle je suis. Donc, je ne vais rien précipiter. Je ne vais pas chercher quelqu’un avec un sentiment d’urgence à cause de mon âge ou du fait que mes enfants ne vivront pas ici dans quelques années.

Je ne suis pas pressée parce que je ressens de tout mon être, c’est la vie que je suis censée avoir en ce moment. Et quand la bonne personne pour moi se présentera, je pourrai me présenter. Mais, jusque-là, je vais m’imprégner de cette fois. Être célibataire a tellement à offrir. Je suis d’accord avec la réalisation que je pourrais ou non trouver un partenaire de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.