Le lait, coupable idéal

Bannir le lait de l’alimentation des tout-petits n’est pas anodin. Attention: risque de carence

C’est devenu une manie, inquiétante au goût des médecins: certains parents décident, sans autre forme de procès, de retirer complètement le lait de vache et ses dérivés du biberon de leur bébé. Cette réaction survient le plus souvent après l’apparition de problèmes cutanés. L’enfant présente des plaques rouges et sèches, souvent aux plis du coude et des genoux, et fait peine à voir.

Si le questionnement en rapport avec l’alimentation est justifié, la réalité de l’eczéma du tout-petit est bien plus complexe. «Les facteurs déclenchants de cette maladie sont nombreux et l’allergie alimentaire ne se trouve impliquée que dans un tiers des cas modérés à sévères, précise d’emblée le Dr Philippe Eigenmann, de l’Hôpital des enfants de Genève. De plus, sachant que le lait n’est en cause que dans 1 à 2% des allergies du nourrisson, le risque est grand d’instaurer un régime pour rien.»

En clair, contrairement à une idée répandue, tous les enfants avec un eczéma ne sont pas allergiques au lait. Pour preuve, seul un petit nombre d’enfants voient une amélioration de leur peau lorsque l’on supprime ce breuvage.

Mais la cabale anti-lait ne s’arrête malheureusement pas aux seules démangeaisons. Si l’enfant dort mal, c’est aussi de sa faute. Et s’il «fait» des rhumes et des otites à répétition ou s’il mouille son lit trop souvent: c’est encore de sa faute! De tout temps, l’alimentation a fait l’objet de toutes sortes de croyances.

Actuellement, certains adeptes de médecines parallèles font une fixation sur les produits laitiers, leur attribuant l’origine de tous les maux de la terre. Sans preuve. «Ces allégations n’ont aucun fondement scientifique, insiste Philippe Eigenmann. Les gens ont de la peine à accepter que la santé n’est pas toujours parfaite et se sentent impuissants face à un enfant constamment enrhumé ou qui a des problèmes de sommeil.»

Et de dénoncer les régimes abusifs: «L’allergie est un mot mis à toutes les sauces. A force d’éliminer arbitrairement des aliments comme le lait, on risque d’aboutir à un régime carencé en calcium.» Or, la prévention de l’ostéoporose passe par une alimentation riche en calcium pendant l’enfance et l’adolescence. Sans oublier la diminution de la qualité de vie provoquée par une nourriture restrictive.

En résumé, avant de rayer un aliment de sa liste de courses, mieux vaut consulter d’abord son médecin. Une simple prise de sang suffit à exclure une allergie. Si le résultat est positif, il est alors conseillé de se rendre chez un spécialiste pour procéder à des tests plus approfondis afin de trouver l’aliment fautif.

«Les gens focalisent sur le lait alors que les œufs, la cacahuète et le soja sont tout aussi allergisants, ajoute Philippe Eigenmann. En tant que pédiatre et allergologue, je passe plus de temps à réintroduire des aliments bannis trop hâtivement que le contraire…»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.