Fatigué? Écoutez votre corps!

Symptôme vedette dans les cabinets médicaux, la fatigue est la rançon normale de tout effort en même temps qu’un signal d’un corps qu’il faut apprendre à respecter

Face à un accouchement, une grippe ou encore un déménagement, il n’y a pas deux individus qui réagissent pareil. Notion subjective par excellence, la fatigue échappe à toute définition. «Malgré cela, chacun d’entre nous sait parfaitement ce que c’est», souligne le professeur Hans Stalder, responsable de la Policlinique de médecine des Hôpitaux universitaires de Genève.fatigue

La fatigue «normale»

Comme le rappelle Hans Stalder, «nous sommes faits pour être fatigués et pour dormir!» La fatigue est parfaitement normale lorsqu’elle est l’aboutissement d’une journée de travail harassante, d’une période intense d’activité physique ou intellectuelle, d’un manque de sommeil, d’un stress émotionnel ou encore d’un surmenage.

Les exemples de situations susceptibles de nous mettre sur les genoux ne manquent pas: décalage horaire au retour des Etats-Unis, cauchemars du petit dernier, tour du monde en ballon sans escales…

En clair, tant que la fatigue est explicable, il n’y a pas trop d’inquiétude à avoir. Le message de l’organisme est simple, à condition de ne pas faire la sourde oreille: levons le pied et tout rentrera dans l’ordre. Trop de personnes oublient tout simplement que leur corps et leur esprit ont besoin de repos.

Quand faut-il consulter?

Un état d’abattement inhabituel et soudain, avec ou sans symptômes associés type douleur ou fièvre, mérite que l’on s’y attarde. A retenir: une fatigue persistante, sans cause apparente, signale quelque chose qu’il s’agit de décoder. L’aide du médecin est alors nécessaire pour déterminer si la fatigue est isolée, ou si elle est le signe d’une maladie sous-jacente, organique ou psychique.

En règle générale, une simple consultation chez un bon généraliste suffit pour exclure une maladie grave. Dans certains cas, des examens complémentaires peuvent être prescrits pour confirmer un diagnostic.

Sachant que l’origine de la fatigue est souvent liée aux soucis de la vie quotidienne et au stress, une relation de confiance avec son médecin permettra de faire la part des choses.

Fatigue physique ou nerveuse?

La fatigue est, par définition, un symptôme psychosomatique. Tout épuisement physique qui se prolonge finit par retentir sur le moral. Inversement, tout surmenage psychique peut se traduire par des troubles physiques.

D’où le risque d’auto-entretien du problème. «Une fois que la fatigue est là, quelle qu’en soit la cause, certains patients semblent entrer dans un cercle vicieux, constate Hans Stalder. La diminution de l’activité due à la fatigue va entraîner une diminution de la tolérance à l’activité et, enfin, l’évitement de celle-ci.»

Pour sortir de cette logique démoralisante, qui pourrait d’ailleurs expliquer le fameux syndrome de fatigue chronique, les spécialistes préconisent la méthode des petits pas. Cette approche, dite «cognitivo-comportementale», prévoit des exercices adaptés aux possibilités du patient, qui sont ensuite augmentés progressivement.

Fatigue et maladies

Certaines maladies infectieuses sont éreintantes. Citons le sida, les hépatites virales, la tuberculose, la mononucléose ou encore la grippe.

Sans oublier les états postinfectieux, synonymes de convalescence. Il est par exemple tout à fait normal de se sentir lessivé pendant une bonne semaine au moins après un épisode grippal. Et, contrairement aux idées reçues, c’est bien l’infection qui nous affaiblit et non pas les antibiotiques prescrits pour lutter contre elle.

Autres causes d’asthénie: les maladies cancéreuses, endocriniennes (insuffisance thyroïdienne…), métaboliques (diabète…), neurologiques (sclérose en plaques…) ou encore cardiovasculaires. Et le syndrome d’apnées obstructives nocturnes qui est responsable chez certains ronfleurs d’accès de somnolence pendant la journée.

Fatigue et dépression

Les affections psychiatriques telles que les états dépressifs sont pratiquement toujours frappées du sceau de la fatigue. Celle-ci est particulièrement présente le matin chez les personnes dépressives. D’où l’importance pour le médecin d’envisager un éventuel diagnostic de dépression chez un patient chroniquement fatigué.

Fatigue et médicaments

Outre les traitements anticancéreux, on dénombre plusieurs médicaments courants qui rendent plus ou moins flagada. Les plus connus? Les hypotenseurs, les laxatifs, les diurétiques, les psychotropes, les somnifères (!) et les tranquillisants. De leur côté, les médicaments pour maigrir, type coupe-faim et extraits thyroïdiens, comportent non seulement des risques pour la santé, mais sont aussi épuisants.

Signalons également que l’alcool fait partie de ces faux amis dont il faut se méfier. Boire un cognac pour se remonter n’est pas forcément un bon calcul: l’alcool a un effet négatif à la fois sur la vigilance et sur la qualité du sommeil.

Fatigue et alimentation

Notre alimentation constitue le carburant de base pour bien fonctionner. Le meilleur exemple est le «coup de pompe» de 11 heures du matin. Appelé aussi hypoglycémie, il est lié à une chute du taux de sucre dans le sang. La recette pour l’éviter? Un solide petit-déjeuner privilégiant les sucres lents type birchermuesli ou encore une barre énergétique à 10 heures.

Sans surprise, l’hygiène de vie dans son ensemble influence notre résistance, mais aussi notre capacité à récupérer. A ce titre, un nombre suffisant d’heures de sommeil, une nourriture équilibrée, des moments de détente et la pratique d’une activité physique sont des alliés de choix. Il est d’ailleurs prouvé que ceux qui bougent régulièrement sont moins fatigués.

Enfin, les adeptes de régimes draconiens doivent savoir qu’une diète mal contrôlée peut créer des carences (en protéines, vitamines et minéraux), elles-mêmes sources de fatigue.

Et les vitamines?

Les compléments vitaminiques présentent surtout un intérêt chez les personnes affaiblies par une maladie ou lors d’une grossesse. Pour les autres, une alimentation équilibrée et variée couvre normalement tous nos besoins.

Fatigue féminine

Entre carrière, maternité et vie familiale, les femmes ont (beaucoup) plus de raisons d’être fatiguées que les hommes. Cumul des tâches oblige, nombre d’entre elles affrontent la double, voire la triple journée.

Et les hormones dans tout ça? La vie génitale féminine réserve en effet son lot de périodes pénibles et épuisantes: menstruations douloureuses, début et fin de grossesse, accouchement, allaitement…

Egalement sur le banc des accusés, le manque de fer et le syndrome prémenstruel. Pour mémoire, les besoins en fer sont fortement accrus lors de la grossesse et de l’allaitement. Sans compter les pertes de sang qui sont parfois très abondantes chez certaines femmes.

Associé à une chute des hormones environ quatre jours avant le début des règles, le syndrome prémenstruel se traduit, entre autres symptômes, par de la fatigue.

Fatigue du printemps, du lundi…

En dehors des rhumes, pharyngites et autres refroidissements, il n’y a pas d’autres raisons objectives de se sentir abattu au sortir de l’hiver. Le manque de soleil, pouvant se traduire par une dépression saisonnière, ne concerne en fait qu’un nombre limité de personnes.

Reste que l’hiver est souvent synonyme d’infections à répétition, de grisaille, de manque d’exercice et de plein air. Ceci expliquant cela.

S’agissant de la fameuse fatigue du lundi, elle s’explique très bien par le changement de rythme et parfois même d’alimentation pendant le week-end (moins de café, par exemple). Sans parler de l’anxiété du dimanche soir, veille de la reprise du travail…

Excusée aussi l’envie irrésistible d’une sieste après un bon repas: digérer demande d’autant plus d’énergie que le dîner a été copieux et arrosé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.