Enceinte, elle découvre qu’elle est allergique au bébé qu’elle porte

Fiona Hooker (32 ans), une jeune maman qui avait des cloques et des bosses douloureuses sur tout le corps pendant sa grossesse, a découvert qu’une maladie auto-immune rare l’avait amenée à une allergie à son propre bébé. Fiona de Basingstoke, Hampshire, a remarqué pour la première fois des taches rouges qui démangeaient sur son abdomen à 31 semaines de gestation. Elle se sentait comme si elle avait une réaction à l’urticaire, qui empirait, a rapporté le Daily Mail.

À la fin de la grossesse, des plaques rouges insupportables ont éclaté sur sa peau et l’état a explosé en cloques incroyablement douloureuses après la naissance de son fils. Barney , ce qui rendait douloureux même de tenir un nouveau-né. Les médecins lui ont diagnostiqué une grossesse auto-immune rare appelée pemphigoïde gestations et ont déclaré que la réponse du gène à l’ADN de son fils avait probablement amené son système immunitaire à attaquer sa propre peau.

Barney est le deuxième enfant de Fiona, mais elle n’a pas souffert de cette maladie lors de sa première grossesse avec sa fille. Le professeur d’hypnose a maintenant partagé des photos choquantes de son estomac brisé par une éruption cutanée et des cloques avec des cloques sur ses membres dans le but de sensibiliser le public à une maladie rare qui ne touche qu’une femme sur 50 000.

– J’avais quelques petites marques autour du nombril qui ressemblaient à une piqûre d’ortie. Je suis allé chez le médecin quelques jours plus tard parce que c’était tellement irritant et insupportable. Ils m’ont donné des crèmes avec des stéroïdes qui n’ont pas aidé et ça grossissait – mon estomac était couvert de plaques rouges qui démangeaient – a déclaré Fiona.

À la 35e semaine de sa grossesse, elle est allée à la clinique car elle ne supportait plus les démangeaisons. Ils lui ont donné des stéroïdes oraux pendant quatre jours, ce qui, dit-elle, a vraiment aidé à calmer la situation.

Mais deux jours avant qu’elle n’accouche, cela a recommencé à être insupportable, et 24 heures après avoir accouché, la condition était simple. Un dermatologue de l’hôpital Basingstoke and North Hampshire lui a alors administré une forte dose de stéroïdes oraux dans une tentative désespérée de contrôler sa douleur. Elle dit que les médecins soupçonnent que la réaction a été causée par un gène dans l’ADN de son fils parce qu’elle n’a pas souffert de la maladie lors de sa première grossesse avec sa fille Phoebe, âgée de trois ans.

La condition s’est aggravée avec la naissance du bébé

– La grossesse de la 31e à la 35e semaine a été assez difficile car mon ventre brûlait, et évidemment j’étais très grosse et j’ai eu un petit enfant. Quand j’ai eu des douleurs de travail, je n’ai rien ressenti, j’avais l’air horrible, mais il n’y avait pas de démangeaisons du tout. Mais après la naissance, quand il a explosé en bulles dans mon ventre, ma poitrine, mes bras et mes jambes – partout où je tenais le bébé – c’était assez difficile – se souvient Fiona.

Pendant les six mois suivants, elle a pris des stéroïdes oraux de force variable jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus s’y habituer, juste avant Noël. Elle dit que les démangeaisons, les cloques et les cicatrices de la réaction extrême ont finalement reculé, bien qu’elle doive encore utiliser occasionnellement des crèmes stéroïdes et puisse souffrir de petites bosses pour le reste de sa vie, a rapporté le Daily Mail.

– La recherche a montré que l’éruption réapparaîtra lors de futures grossesses et sera beaucoup plus douloureuse. « Je ne pense pas que je pourrais revivre tout cela », a déclaré Fiona à The Independent.

Bien que l’éruption ait presque disparu, elle peut maintenant être causée par certaines hormones et, dans une moindre mesure, réapparaître, par exemple, pendant les menstruations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.