Le cerveau humain continue à produire des neurones même à l’âge adulte: une nouvelle étude relance le débat

La neurogenèse chez l’adulte, c’est-à-dire la capacité de produire de toutes nouvelles cellules neuronales, même à un âge avancé, est au centre d’un débat qui se poursuit depuis plusieurs décennies. En fait, chez les adultes, cela n’a jamais été complètement confirmé ni même nié: de nombreuses études ont déjà dit que c’était plausible, mais les résultats des tests n’ont jamais été irréfutables. Le débat est tellement animé qu’il en résulte dans le monde scientifique des factions réelles qui tentent par tous les moyens de discréditer les théories opposées.

Pourtant, une étude publiée dans la revue Nature au début de 2019 semble apporter un éclairage nouveau sur le sujet: si elle était confirmée, nous serions à un tournant dans le traitement de nombreuses maladies dégénératives telles que la maladie d’Alzheimer.

L’un des problèmes cruciaux lorsqu’il s’agit d’étudier le tissu cérébral – en plus du retrait évident – est la conservation. Comme l’explique Llorens-Martin, auteur de la recherche, dans le cas du décès d’un donneur, le cerveau doit être inséré dans le processus de préservation en quelques heures à l’aide de substances spécifiques. Si ce n’était pas le cas, une protéine spécifique qui identifie les cellules cérébrales nouvellement créées serait éliminée, ce qui fausserait les données d’une éventuelle enquête sur la neurogenèse.

Conscients que de nombreux cerveaux dans les bases de données n’avaient pas été correctement stockés, les chercheurs ont commencé à en collecter de nouveaux depuis 2010, ce qui leur a permis de tirer de nouvelles conclusions. Par exemple, ils ont remarqué une grande différence dans la présence de nouveaux neurones dans l’hippocampe entre les personnes ayant une mémoire intacte et les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ces dernières avaient un nombre beaucoup plus petit de cellules jeunes, ce qui diminuait au fur et à mesure que la maladie progressait. Ceci suggère donc la possibilité que comprendre et analyser la régénération puisse aider à prédire l’apparition de la maladie, voire à la retarder en stimulant la neurogenèse.

Selon de nombreux spécialistes tels que Rusty Gage, président du Neuroscientist Institute for Biological Studies, l’étude publiée dans Nature a été menée avec une excellente précision et pourrait faire taire les sceptiques ou au moins jeter les bases d’une nouvelle approche.

Certes, la recherche est loin d’atteindre une conclusion définitive, mais selon la communauté scientifique, il est très probable que cette étude obtiendra une réponse de plus en plus solide, ouvrant de nouvelles opportunités dans le traitement de pathologies telles que la maladie d’Alzheimer ou « épilepsie.

loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *